Javascript Tabs Menu by Deluxe-Tabs.com
Dernière mise à jour: 22-Apr-2014 - 20h45
Recherche:    Web CIN      By
1020 visiteurs en ligne
Crimes rituels à Mimboman: Voici les premiers coupables - La vérité des faits
L'Anecdote
Yaoundé, 28 Janvier 2013
© FRANCIS BONGA & JEM | L'Anecdote
 18 Réactions
Interpellés dans la nuit du 20 au 21 janvier dernier ces spécialistes du crime qui jouissent encore de la présomption d'innocence, sont passés aux aveux complets. L'acheteur des organes à quant lui été localisé à Garoua.
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Le quartier Mimboman dans l'arrondissement de Yaoundé IV aura eut être bientôt des nuits moins tumultueuses. Car, par un minutieux travail des éléments de force de maintien de l'ordre, des «tueurs» sont progressivement entrain d'être mis hors d'état de nuire. La communication gouvernementale du Ministre de la Communication Issa Tchiroma mercredi dernier est venue mettre un terme aux rumeurs qui taxaient le gouvernement de complice. Seulement, l'hebdomadaire l'anecdote à travers cette enquête a voulu défoncer une porte très verrouillée pour présenter en exclusivité les premiers suspects. Ils opèrent depuis début novembre et établissent leur bilan à 15 victimes. L'amputation des organes se déroule selon que l'acheteur commande; les yeux, les cils, la langue, les organes génitaux etc. l'acheteur un certain Yankam aurait ses habitudes dans un véhicule de marque Rav4 fumée. De source policière, la localisation par Gps du téléphone de cet acheteur indique la ville de Garoua et selon le dernier appel le quartier Yelwa. La patrouille mixte police-gendarmerie chargée d'aller traquer le suspect a pris la route en fin de semaine dernière. A regarder de près, les cinq suspects interpellés sont tous originaire de la région de l'Ouest.


Mode opératoire

«L'opération consistait à cibler la victime dans la tranche allant de 15 à 30 ans. Une fois sur la moto, un second client complice cette fois-là s'improvisait pour la même destination en position de (bacheur), et c'est ce dernier qui orchestrait l'embuscade à l'endroit où attendaient l'exécuteur et le boucher. 2 coups de poignard, et un peu plus quelques fois, la victime perdait la vie, parfois aussi, après avoir été violée. L'amputation des organes pouvait alors se dérouler et à la fin, le moto taximen (transporteur) acheminait le macchabé à un endroit justifiant généralement d'une broussaille.

Le crime du 15 janvier cependant sur une victime en provenance de Douala serait une action isolée de l'un des 5 suspects interpellés. Les enquêtes se poursuivent et promettent des révélations extraordinaires. Nous y reviendrons.

FRANCIS BONGA



Crimes rituels à Mimboman: La vérité des faits

Pour dissiper la psychose qui s'est emparée des populations camerounaises au sujet de la pléthore de meurtres perpétrés à travers le pays, le Mincom qu'accompagnaient le Sed et le Dgsn est venu donner «sa vérité» des faits.

Il est 19h ce mercredi, la salle de conférences du Ministère de la Communication grouille de monde. On peut apercevoir en grande partie des journalistes, mais aussi quelques hommes en tenue qui essaient de se fondre dans cet univers lié à la communication. Encore 2 heures d'attente, les uns et les autres commencent à s'impatienter. On ne sait pas ce qui se passe, on va de supputations à allégations pour essayer de deviner l'objet de cette rencontre nocturne avec la presse nationale et internationale. Soudain apparaissent Issa Tchiroma Bakary, Jean baptiste Bokam et Martin Mbarga Nguéllé. Après les convivialités d'usage le porte parole du gouvernement prend tout de suite la parole et annonce enfin l'objet de la communication. «Depuis le 02 décembre 2012 jusqu'au 10 janvier 2013 seulement 07 cas de victimes ont été enregistrées, dont 04 identifiées et 03 non identifiées du fait de leur état de putréfaction avancé. Ces victimes ont toutes été violées, amputées de certaines parties de leur corps et âgées entre 16 et 30 ans». Voilà enfin la version officielle du gouvernement sur cette histoire qui aura eu le mérite de tenir en haleine et ce pendant plusieurs semaines les populations de la ville aux sept collines. «Une psychose qui a entretenue des commentaires de tous genres au sein de l'opinion», selon le Mincom.

Pourtant, il aura fallu du temps, soit un mois et demi, pour qu'enfin ces autorités dites «compétentes» sortent de leur mutisme. Une déclaration qui, loin de faire l'unanimité est plutôt venue raviver la colère des populations conscientes de leur abandon à leur triste sort par le gouvernement. Des mesures tardives pour «endiguer le fléau par un renforcement de la surveillance». Une véritable ironie au regard du désarroi qui se lit désormais sur les visages des populations du quartier Mimboman. Même pas un mot des deux autres compères présents à cette annonce. Un autre signe fort qui aura montré l'extrême prudence de ces derniers chargés de la sécurité des hommes et des biens. Des interrogations des uns et des autres, on a pu relever que: qui mieux du Sed ou du Dgsn peut rasséréner dans ces cas de figures où l'on a vécu des meurtres en série? Une certitude demeure: pas le Mincom! Et pourtant!

Or cela était devenu un secret de polichinelle, tout le monde sait qu’à travers tout le pays on aura largement dépassé les chiffres annoncés par le Mincom. Le quartier Mimboman seul en est au dessus de ces statistiques. Pour ne pas citer les autres cas parsemés dans la République. Malheureusement, cette sortie médiatique est venue rappeler à l'opinion nationale qu’être porte parole du gouvernement au Cameroun signifiait jurer de ne point dire la vérité. On se souvient encore de «Il y a eu zéro mort», phrase célèbre qui était devenue la désignation de son auteur, ou encore de «l'argent se trouve entre la France et les Etats unis. L'unique note positive de cet entretien portait sur la mise aux arrêts de deux dizaines de personnes de nationalité camerounaise et étrangère en précisant que «nombre d'entre elles sont déjà passées aux aveux complets.» En espérant qu'au moins à ce niveau survit encore la vérité, «les criminels seront arrêtés et traduits en justice.» on attend!

JEM

Rédaction de Cameroon-Info.Net
© 2000-2014 Cameroon-Info.Net [ Hits: 8291 Réactions: 18 Transferts: 4 ]
Publicite

 18 Réactions
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Featured Stories...


P U B L I C I T E


P U B L I C I T E

Copyright  ©  2000 - 2013  Cameroon-Info.Net. Tous Droits Réservés.