Javascript Tabs Menu by Deluxe-Tabs.com
Dernière mise à jour: 24-Apr-2014 - 01h06
Recherche:    Web CIN      By
1053 visiteurs en ligne
"J’ai attendu ce jour pour la partager avec le public." La photo elle-même, publiée par Monsieur Bédzigui, porte pour cela ses initiales. Ceci est une information très importante : l'auteur revendiquerait ses droits. Si en plus il dit que c'est la première fois qu'il partage les droits en question, alors, avant lui, l'information qu'il donne n'existait pas, selon lui. Or, la photo est en elle-même toute une information. Cette pièce au dossier de l'histoire est par conséquent d'une valeur certaine, peut-être même capitale dans la réhabilitation d'une figure nationaliste. Ainsi, lorsque, déjà, un contributeur note que cette même photo a déjà été publiée avant la correspondance de Monsieur Célestin Bédzigui, ce fait là, seul, lorsqu'il est avéré, suffit pour discréditer Monsieur Bédzigui. Dans son village natal, aucune personne ne pourrait plus défendre la parole de Monsieur Bédzigui. Les raisons seraient les mêmes que ceux des villes, libres d'esprit, soucieux du respect de certaines lois du jugement. A ce niveau, il est attendu de Monsieur Bédzigui une seul chose, pour le sortir du déshonneur lié au viol de sa propre parole dans l'Afrique ancienne : présenter ses excuses, pour n'avoir pas pris la peine de savoir que la photo qu'il tenait n'était peut-être pas un exemplaire unique, ni qu'il ne serait pas le premier à la publier."> "J’ai attendu ce jour pour la partager avec le public." La photo elle-même, publiée par Monsieur Bédzigui, porte pour cela ses initiales. Ceci est une information très importante : l'auteur revendiquerait ses droits. Si en plus il dit que c'est la première fois qu'il partage les droits en question, alors, avant lui, l'information qu'il donne n'existait pas, selon lui. Or, la photo est en elle-même toute une information. Cette pièce au dossier de l'histoire est par conséquent d'une valeur certaine, peut-être même capitale dans la réhabilitation d'une figure nationaliste. Ainsi, lorsque, déjà, un contributeur note que cette même photo a déjà été publiée avant la correspondance de Monsieur Célestin Bédzigui, ce fait là, seul, lorsqu'il est avéré, suffit pour discréditer Monsieur Bédzigui. Dans son village natal, aucune personne ne pourrait plus défendre la parole de Monsieur Bédzigui. Les raisons seraient les mêmes que ceux des villes, libres d'esprit, soucieux du respect de certaines lois du jugement. A ce niveau, il est attendu de Monsieur Bédzigui une seul chose, pour le sortir du déshonneur lié au viol de sa propre parole dans l'Afrique ancienne : présenter ses excuses, pour n'avoir pas pris la peine de savoir que la photo qu'il tenait n'était peut-être pas un exemplaire unique, ni qu'il ne serait pas le premier à la publier.">
SIGNALER UN COMMENTAIRE ABUSIF
Article:
Affaire de la Photo de Ruben Um Nyobè aux pieds du Colonel Lamberton: Les auteurs du livre "KAMERUN" disent "Non aux falsifications historiques de Célestin Bedzigui!
Commentaire abusif (Par Keko Bravo - 18-Sep-2012 08:00 EDT):
Est-ce avec ceci qu'on fait de l'histoire une affaire scrupuleuse :

"- celui d'un témoin de premier rang des faits dudit jour, que nous fait remonter, louable, Bedzigui. " ?

Quelqu'un pourrait-il me montrer les mots de Masfao, obligatoires pour qui a dit pareils mots, que je n'aurais lus, avançant un début d'explication, obligatoire elle aussi, de la qualité de "témoin de premier
Votre nom: *
Votre e-Mail: *
Nature de l'Abus: *   
Votre commentaire: *
Question anti spam:
Comment ecrit-on Cameroun en Anglais ? *   
P U B L I C I T E

Copyright  ©  2000 - 2009  Cameroon-Info.Net. Tous Droits Réservés.