Javascript Tabs Menu by Deluxe-Tabs.com
Dernière mise à jour: 28-Jul-2014 - 00h09
Recherche:    Web CIN      By
1298 visiteurs en ligne
Cameroun: Marafa rompt le silence - «Même si les coups sont rudes je continuerai à publier mes lettres»
Le Messager
DOUALA - 14 JAN. 2013
© Le Messager
 71 Réactions
"Soyons sérieux un moment. Qui peut croire à la construction d'une nouvelle raffinerie à Kribi, ou à la construction d'une voiture « made in Cameroun » en 2013? C’est une politique de grandes illusions, pas de grandes réalisations. Ces projets sans aucune pertinence économique ne trouveront pas d'investisseurs..."
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Votre Réaction (Max.: 3000 caractères)
CIN_Id * (max. 20 carac.)
Register HERE !
Mot de passe *
I forgot my password
Localité * (max. 20 carac.)
E-mail *
( * ) : Champs obligatoires
Dr. T. Gilbert
Ongola
  1
16-Jan-2013 12:45 EST
Betibenanga
Ngulmekong



"Si, il est vrai que tout reste à perfectionner dans notre pays..."

C'est toi qui dis bien "tout..."? Ça vient déjà!

"...nous n'avons pas le droit de ne présenter que ce qui ne va pas..."

C'est justement ce qui ne va pas qui m'intéresse moi. Faut-il s'accrocher sur ce qui va et rester là? Je ne dirais pas comme toi que "tout" reste à perfectionner. Je dis que plein de choses restent à FAIRE.

"...ou faire croire que tout, absolument tout va mal, rien n'est fait etc..."

Faut être cohérent frangin.

"Un vieil adage dit qu'on ne peut atteindre ce que l'on désire sans aimer déjà ce qu'on a..."

Ici, il faudra seulement me tuer gars! Nada! Pour rien au monde je n'aimerais cette école dont il est question ici. Non!
Et là, ça me rappelle cette autre créature qui disait qu'il valait mieux de mal former que de ne pas former du tout parlant toujours de l'éducation au Cameroun. Pour mieux comprendre cette bêtise, peut-être qu'il faille mieux mal former un pilote d'avion que de ne pas en former du tout?

"... le Cameroun, au niveau de l'instruction, n'est pas le pays le moins bien loti en Afrique, je suis même enclin à penser le contraire..."

Quels sont les critères par toi utilisés pour affirmer cela?

"Ceux qui, comme le tintin de Wangrin et toi..."

Si c'est un compliment, je dis merci.
Ceux qui ont une vue opposée à la vôtre sont des "tintins"; des "apprentis sorciers", des "myopes" et des "amnésiques".

"...veulent faire croire le contraire en ne présentant au monde que des images qui si elles sont réelles, ne reflètent pas l'ensemble, jouent à quel jeu?"

Vous avez tellement jouer avec le bled que vous voyez le jeu partout. Qui vous a même dit que vous aviez le monopole de l'amour pour le pays?

"Soyez fermes dans vos convictions, vos critiques, mais surtout soyez justes..."

Vous n'avez certainement pas le monopole de la justice pour ce qui concerne le Cameroun.

"... car, il s'agit ici de notre mère patrie et nous l'aimons tous..."

Une fois de plus il faut être cohérent frangin.

"Un homme qui coure exposer sa femme dehors, est -il honnête envers lui-même quand il revient dormir avec elle le soir?"

Ceci se passe dans leur chambre. Qu'est-ce que tu en sais? Ignores-tu que le mariage reste un contrat entre deux personnes. Et qui dit contrat dit clauses. Qu'en sais-tu une fois de plus?
Mais un état, une république, une nation n'est pas a comparer une affaire de lit Betibenanga.
IdeeFixe
Douala
  4
16-Jan-2013 01:47 EST
@Masfao

« Il va ici désormais de votre survie comme de celle de tout repenti de la mafia. Dire (le plus vite est le mieux!) toute les vérités pour espérer et peut-être mériter notre clémence, c'est-à-dire notre bouclier en tant peuple. »

Ah bon ? Vous n’avez pas dit la même chose pour Kamto ! Kamto, vous l’avez « embrassé sur la bouche », sans parler du c.ul. Evidemment, Marafa n’est pas de l’Ouest …
Pentagon
Usa
  2
15-Jan-2013 22:55 EST
@ EvinaZE
biya nest pas un president comme Obama voici pourquoi
Obama est un president qui a des pouvoir limitez et respecte la constitution .

Par contre, Biya est un dictateur qui a privatisez la constitutopn pour se maintenir au pouvoir et dans la repression du peuple camerounais sans fin.

Obama passe des cours sejour privee che lui a Hawaii natal
Biya ne passe pas des sejour privee che lui a Nvomeka il prefere allez depenser le contribuable des pauvres camerounais en suisse chaque 2 mois
Masfao
UE
  4
15-Jan-2013 17:09 EST
Marafa tenez bon!

La manifestation de la vérité est aussi affaire de témoins, précieux comme ceux et celles des premiers cercles de la grande confrérie des bandits.
Il va ici désormais de votre survie comme de celle de tout repenti de la mafia. Dire (le plus vite est le mieux!) toute les vérités pour espérer et peut-être mériter notre clémence, c'est-à-dire notre bouclier en tant peuple.

Aussi, tant que Marafa pourra prendre la parole, il sera utile!
Utile à notre pays et par-delà utile à sa cause personnelle car voyez-vous, décrire de l'intérieur avec une précision qui rappelle une autopsie le mal tel qu'il nous ronge depuis trois décennies, ce n'est pas rien.
C'est aider et conforter la compréhension de quelques naïfs et autres sceptiques, ceux et celles-là qui nous écoutent (et nous lisent) encore avec des bémols.

C'est aussi couper l'herbe sous les pieds du comité "mbe mot" et autres pieds nickelés ici déployés avec quelques "créatures" haut en couleur. La fraternelle-CiN des bandits et fils bandits, sinistres avocaillons des "intelligences" rdpc.
Même s'ils ne sont pas tous ci-dessous, il sonne pour eux le tocsin du dernier quarteron des fidèles!

Au-delà de la sénilité du vieillard évoquée en filigrane, chacun peut aisément comprendre à travers ces propos de Marafa, entre autres, le stratagème rdpc de l'exacerbation des tensions ethniques mis en place par le petit noyau d'irréductibles autour de Belinga Eboutou.
Ils ne sont pas prêt à lâcher prise, nous devrons leur forcer la main. C'est ainsi, la dictature est autisme politique!

Faites entrer le Cameroun!
Kingfotolly
Paris
  3
15-Jan-2013 15:51 EST
Merci mon président Marafa Hamidou Yaya. depuis l'avènement de notre indépendance , je n'avais jamais vu un homme aussi lucide sur la situation de notre pays et aussi ambitieux. Oui , définitivement je vous soutiens dans votre lutte à un Cameroun meilleur débarrassé des apprentis sorciers
Betibenanga
Ngulmekong
  4
15-Jan-2013 11:33 EST
@Carambolage
On peut faire dire aux actes d'une autre personne ce que l'on désire,et, c'est ainsi que vous vous aventurez à dire que le fait que Biya mette ses enfants à l'école à l'étranger, signifierait qu'il ne fait pas confiance à l'institution éducative du pays dont il est président. Et inversement Ahidjo lui, aurait eu total confiance à ces mêmes institutions parce que ses enfants y étudiaient. Pouvez-vous démontrer cette hypothèse farfelue?
Je vais aussi vous proposer une autre hypothèse qui pourrait tout aussi être valable: Biya mettrait ses enfants à l'étranger parce qu'il ne souhaite pas que le moindre soupçon pèse sur la progression scolaire de ses enfants et inversement Ahidjo le faisait parce qu'il voulait s'assurer que nul ne puisse empêcher la progression de ses enfants. Voyez-vous mon cher, on peut avancer bon nombre d'hypothèses qui seront équivalentes aux vôtres niveau pertinence. Ce ne sont là que des dires futiles, certes cohérents, mais dénués de tout fondement, car fruits de nos seules imaginations.

Vous comprendrez donc que je classe votre hypothèse et les conclusions que vous en tirez dans une catégorie que je qualifie bien volontiers et sans ambages de fantasmagorique
Et c'est tout!.
Mbe Mot
Ebolowa
  4
15-Jan-2013 11:23 EST
@Niel26
Niel Par Ngambe

Merci infiniment et prierte de recevoir en retopur les miens propres.
Je t'assure tout de suite que pour rien au monde, marafa ne se trouverait innocemment en prison, quand tu suis toute la demarche de ce dernier, tu sens qu'il se culpabilise, il dit n'avoir pas quitte le pays parcequ'il entendait donner des eclaircissements sur une affaire ou son nom etait regulierement cite. Et puis, je constate que d'autres personnes semblent se donner plus de peine a prouver son innocence que marafa lui meme.
Tu dis:
"Mais il fallait trouver mieux. Le montage est grotesque ici."

Ok, donc pour les autres Aba.a Aba'a, Pierre Desire Engo, Mounchipopu Seidou, Etonde Ekoto, Mounoune, Inoni Ephrem,Ondo Ndong, Atangana Mebara, Olenguena Awono, Edou, et j'en oublie, le montage aura été plus fin, raison pour laquelle ils ne crient pas leur innocence?

Quelle est cette terreur que vous attribuez au Président Biya? en-a-t-il besoin? et pourquoi?
Ce sont les camerounais qui, a une certaine époque, harcelait le Président Biya a Faire arrêter les pilleurs de la République, quand le Président fit allusion aux preuves, tout le monde cria haro sur lui, les preuves de détournement devenues évidentes, la machine judiciaire se mit en marche, ce sont les mêmes camerounais qui prêtent attention aux hurlements de certains malfrats pour une fois tirer a boulet rouge sur le PRC, jusqu’à le qualifier de terroriste comme tu le fais, je trouve assez de mauvaise foi en cela, sincèrement. Cela a été le cas avec le commandement opérationnel à Douala, une mesure salvatrice face au grand banditisme qui sévissait a cette époque, que n'a t-on pas entendu dire? aujourd'hui on accuse encore les pouvoirs publics face à la vague d’insécurité qui reprend dans nos métropoles. Non trop de mauvaise foi.
Si je comprends bien, il n'ya pas eu détournement?
Rappelez vous que le ghanéen Jerry Rawlings a mis les detourneurs directement au poteau, deux fois des suites et cela a suffisamment discipline les gestionnaires de ce pays.
Que voulons nous au juste? est-ce a dire qu’après Biya, les bandits de tous bords auront quartier libre?
Carambolage
Partout
  5
15-Jan-2013 10:46 EST
(Mbe Mot)
".. et que dites vous des 78% de camerounais qui ont porte leur choix sur le Président Biya en Octobre 2011? (Mbe Mot) (Fin)

Ça alors! J’allais sortir…J’espère que ce n’est pas de la provocation…

Si, à cette parodie d’élection du mois d’Octobre 2011, il fallait trouver une règle, elle serait définie comme suite: 22/78/78.

La règle 22/78/78 signifierait: 22% du taux de participation, 78% du taux d’abstention; à cette allure, le président de Mbe Mot a gagné les élections avec 78% des voix.

Ceci se traduit d’ailleurs par la popularité du président:

A l’international, il est un président isolé;

sur du virtuel, son support est pratiquement de 1%;

sur le physique, ses presque non- existantes sorties nationales en dit long:
A la finale de la Coupe de football, c’est un stade omnisport pratiquement vide, et du retour de son Palais, des coups de feu en l’air par sa propre GP…;

Voilà qui matérialise une popularité quand on est élu sur une base de rejet de près de 80% des camerounais

Marafat a évoqué du président, les grandes illusions à côté des grandes réalisations.
Mais les illusions et errements, il y en a aussi du côté de sa racaille et de ses créatures.
Carambolage
Partout
  4
15-Jan-2013 09:57 EST
@Betibenanga
"Vous ne m'avez toujours pas démontré la corrélation directe qu'il y aurait entre locaux et qualité de l'enseignement. " Vous savez vous êtes nombreux à véhiculer de votre pays que les images "honteuses".Avez-vous pensé à montrer aussi les images avantageuses. Où avez-vous lu ngulmekong ? (Betibenanga) (Fin)


C’est votre rôle, cher monsieur, de montrer les images avantageuses (s’il y en a) pour contrecarrer les images honteuses des autres.

Des locaux délabrés, il en existe partout au Cameroun.

Et classique à ces locaux, un cycle élémentaire avec deux enseignants: un maître chargé des cours de la SIL - élémentaire II
(4 classes); l’autre du cours Moyen I -Moyen II (2 classes)
S’ensuit aussi le manque chronique des livres, des cahiers, et de quoi écrire.

Un diplomate de la République suggérait que les dépenses afférant à un seul, je dis bien, un seul voyage en Suisse du Président (s’il décidait d’annuler un seul voyage) serait suffisant pour faire doter gratuitement des livres et cahiers d’exercices à tous les élèves de la Nation camerounaise pendant une année.

Mais, ce qui est encore plus grave, c’est que le président de la république semble répondre à cette situation, prioritairement, en allant, lui, inscrire ses jeunes enfants dans les Ecoles huppées en Suisse.

Aviez-vous jamais vu un Président de la République inscrire ses jeunes enfants dans les écoles dans un pays étranger?
Ceci signifie que le président ne fait pas confiance aux institutions de son pays dont il est le garant; le message qu’il véhicule est alarmant.

Ahidjo avait ce petit réflexe, d’une logique naturelle de faire étudier ses enfants de bout en bout dans son pays, pour démontrer en exemple, l’assurance et la confiance qu’il portait sur les institutions éducatives de son pays, le Cameroun. Ce qui était rassurant pour ses administrés et autres institutions parallèles dans le monde.

Nous autres - de la navigation à vue… « la honte ne tue pas ».
Des signes qui ne trompent pas aussi:
un aveu tacite de son propre échec.
Niel26
Niel Par Ngambe
  3
15-Jan-2013 09:57 EST
Mbe Mot
Ebolowa
mon frère d'abord reçois mes meilleurs voeux. Mais dis moi pour un même avion on condamne 2 secretaires generaux de la presidence. Toi ça te dit rien??? Les 2 se sont mis ensemble pour voler chacun en sa periode et pour la même somme???
Marafa n est pas saint. Mais il fallait trouver mieux. Le montage est grotesque ici.
J apprecie enormement le courage de Marafa. Au moins il nous prouve que BIYA n est pas forcement cette terreur que ses creatures veulent nous presenter. En tout k la fin approche à grands pas. Il faut savoir se trouver du bon coté de l'histoire et pour cela je ne perds pas espoir ke mm biya va me surprendre c est d'ailleurs mon rêve c est pourquoi il beneficie toujours le benefice du doute. Ki sait???
Mbe Mot
Ebolowa
  7
15-Jan-2013 09:13 EST
Faut pas oublier que marafa est un prisonnier et la prison est synonyme de déshonneur, de regrets parfois d’étouffement, on ne peut pas ne pas en vouloir a son bourreau une fois condamne malgré tous les tords que l'on aura cause a ce dernier, c'est bien humain une telle attitude.
Ainsi, les balivernes et loufoqueries que débitent un prisonnier sont compréhensibles, le milieu s'y prêtant. Aucun criminel n'a jamais plaide coupable meme face a l’évidence des preuves, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle les procès mettent long.
Une interview de prisonnier ne peut l’être que dans un état d'esprit quelconque, encore qu'au Cameroun on leur en donne la possibilité, quoi de très normal quand vous avez un Président aussi humain que Paul Biya.
Kuntakinte
KAMA
  4
15-Jan-2013 08:00 EST
Voici un théorème pour détecter en Afrique un politicien nombriliste, égoïste et larbin de la France : « tout dirigeant africain qui ne remet pas en cause le franc CFA ne sert pas les intérêts de son peuple » Des homologues de Fru Ndi ne l’ont-ils pas traité d’ %%% dans ses débuts, lorsqu’il critiquait la France et ses ramifications dans le pays ? L’assurant qu’il ne sera jamais président s’il ne change pas de disque… Depuis, Pa’a John a compris la leçon et sait désormais que pour avoir un strapontin de pouvoir, il faut critiquer plutôt le président africain et ignorer royalement le maître, celui qui fait et défait ces présidents.
Tant que nous ne conceptualiserons et mettrons pas en pratique le ‘Triangle de Souveraineté’ (Monnaie – Armée – Constitution) dans notre pays, blâmer, insulter Popol ou un autre serait aussi intelligent que cacher le soleil avec sa main…
Otektek
Obala
  3
15-Jan-2013 07:10 EST
Dr. T. Gilbert-
Hi Doc, je crains que tu ne puisses convaincre nos creatures.
Pour eux l'ecole c'est comme les stades..bonnet blanc, blanc bonnet! La preuve, on gagnait bien au stade militaire noon!! Au stade Ahamadou Ahidjo les Lions n'ont jamais ete meilleuirs, qui a dit que nous avons besoin de stade ultra moderne? Les bons camerounais jouent mieux sans eau ni electricite ni maillot!!!LOL LOL LOL!!
Ne parlons pas d'argent, plus ils sont fauches, mieux ils jouent!!!
Niel26
Niel Par Ngambe
  3
15-Jan-2013 06:39 EST
çaaaaaaaaa CINautes vous me finissez. MHY n est rien mais vous voilà tous à commenter ses propos. Vous vous trompez lamentablement. Le Cameroun ne se jouera plus jamais entre Bamis et Betis. Plus jamais. Voici votre chance de nous spolier en feignant des faux combats. A la baguette les Beti et à la caisse les Bami. Si on parlait de Kamto, on allait entendre des vertes et des non mures. Mais comme il s'agit de quelqu'un qui risque changer la donne, on fait des remarques les plus saugrenues. C'est à vous de prouver que MHY a volé mais pas à lui même de le faire. Laissez la personne de Marafa. Regardez ce qu'il dit. Est ce vrai? Est ce faux? Si c'était des troubadours sans envergures comme Ateba Eyene ou alors Shanda Tomne ou hilaire Kamga, nous devrions tout entendre. Le theatre est fini. MHY a aidé Biya à truquer les elections mais au fait contre qui??? Qui aurait pu les gagner même si c'est son épouse qui en était l'organisatrice? Marafa contribue mieux à l'enrichissement du debat politique que tous les responsables politiques reunis que ce soit de l'opposition que du pouvoir. Qui êtes vous pour juger l'oeuvre de Marafa quand il était proche de Biya. SVP, reveillez vous. l'histoire est dynamique et parce qu'elle est dynamique elle nous amene à ne pas avoir des positions statiques. Rien n'exclut que Biya soit une grande légende dans le futur. Nous ne savons jamais de quoi est fait demain.
Mais comme le Over Sabi est bami et béti!!!!!!!!!!!!!!!!!!!. Continuez de jouer votre maccabre théatre. Nous autres, nous vous regardons. Bandes de méchants.
Betibenanga
Ngulmekong
  0
15-Jan-2013 05:48 EST
court
Betibenanga
Ngulmekong
  5
15-Jan-2013 05:45 EST
Dr. T. Gilbert
Ongola

Je ne m'aventurerais pas à des comparaisons qui en aucun cas deviendraient une raison de transformer la situation de mon pays en une forme de catharsis morbide dont se délectent beaucoup d'entre nous.
Si, il est vrai que tout reste à perfectionner dans notre pays, nous n'avons pas le droit de ne présenter que ce qui ne va pas ou faire croire que tout, absolument tout va mal, rien n'est fait etc...

Un vieil adage dit qu'on ne peut atteindre ce que l'on désire sans aimer déjà ce qu'on a. Il nous faut donc regarder lucidement notre pays, voir ce qui a été fait et qui fonctionne et à ce propos, le Cameroun, au niveau de l'instruction, n'est pas le pays le moins bien loti en Afrique, je suis même enclin à penser le contraire. Ceux qui, comme le tintin de Wangrin et toi, veulent faire croire le contraire en ne présentant au monde que des images qui si elles sont réelles, ne reflètent pas l'ensemble, jouent à quel jeu?
Soyez fermes dans vos convictions, vos critiques, mais surtout soyez justes car, il s'agit ici de notre mère patrie et nous l'aimons tous. Un homme qui coure exposer sa femme dehors, est -il honnête envers lui-même quand il revient dormir avec elle le soir?
Mbe Mot
Ebolowa
  5
15-Jan-2013 03:33 EST
@Betibenanga
Ngulmekong

"Vous ne m'avez toujours pas démontré la corrélation directe qu'il y aurait entre locaux et qualité de l'enseignement. "

Tu t’ennuies pourquoi? ces gens ont déjà démontré quoi dans leur gesticulation? qu'ils aillent voir la salle de classe de l’élève Biya Paul au CM1 a Nden ( aujourd'hui fier Président de la République du Cameroun depuis 30 ans) et qu'ils reviennent nous raconter les animalités sur cin, comme si ce sont banc douillet, staf, tôle bac et autres imaginations de nos analystes de cin qui servent a modeler la pensée ...akpwaeng
Dr. T. Gilbert
Ongola
  4
15-Jan-2013 02:46 EST
@Betibenanga
Ngulmekong

"Si vous me démontrer que la qualité de l'enseignement dépend des locaux dans lesquels cet enseignement est dispensé alors vous aurez mon assentiment.

Les premiers intellectuels camerounais de l'ère dite moderne ont étudié dans quelles conditions?"

Le corrélation entre l'environnement, les conditions de l'enseignement et les résultats de cet enseignement ne peut pas faire l'objet d'un débat aujourd'hui. Ce serait une perte de temps inutile à l’ère des TIC, télé-enseignement...
Post-Biya
Ndom
  0
14-Jan-2013 23:19 EST
MHY fait les yeux doux a l'Occident. Il se souvient que Gbagbo a ete demis a cause de son rapprochement avec la Chine. Ils nous proposent les memes qui ont tue Um Nyobe, Lumumba, Sankara. Ceux la, personne n'en veut tout comme ne veut des chinois sous la fore qu'ils se presentent a nous aujourd'hui.

Ce que je veux c est que Biya parte, sa clique avec et que MHY creve en prison.
Post-Biya
Ndom
  3
14-Jan-2013 23:07 EST
A ma connaissance, MHY a au moins 2 chateaux dont le cout tourne autour du demi milliard chacun et je ne pense pas qu avec les revenus de fonctionnaire de haut rang, qu on soit capable d en faire autant meme pendant 30 ans sans en avoir illegalement mis de cote.

Je ne me souviens pas que les elections de 2002 et 2007 soient des references en terme d avance democratique. Qui ici peut me dire le contraire.

Un deuxieme pont du Wouri se ferait en 5 ans partant des multiples etudes a la construction proprement dite. Il a fait combien d annees deja comme SG de la Presidence? Que n aurait-il pas fait? Si je ne me trompe, le delestage et les penuries d eau ont atteint le sommet pendant son passage a la Presidence. Pendant plus de 20 ans, il a vecu au sommet sans jamais se rapprocher de la base. Comment sait-il comment les camerounais vivent pour parler d'eux et de ce qu ils ressentent?

Biya est mysterieux. Cela n est pas nouveau. MHY est quant a lui cynique. Les juges ont toujours ete sous pression avec et sans lui et a cause de cela, nombreux en sont morts, des personnes anonymes aux celebrites. Et lui ne trouve de mal. Un peu d humillite ne ferait de mal a personne. Le premier mal que tu as fait est d avoir servi Biya et ca, personne ne l ubliera meme s il arrive que tu prennes le pays par la force.

Rien n est dit sur les raisons ni les conditions de la realisation de cette interview. J ai voulu la classer dans le lot des cannulars (du genre eternelle 5ieme lettre de Marafat). L excuse que je me suis faite est que ses adversaires ont voulu l'entendre et evaluer son potentiel. Ce qui est clair est que MHY est lancer sur la voie des armes mais Quand et comment?
Otektek
Obala
  3
14-Jan-2013 22:07 EST
Betibenanga-
Hey t'as raison pepere! L'ecole sous climatiseur cela sert a quoi! On envoyait nos papas a l'ecole outre-mer et ca sortait engineur et docteur!Et meme President comme le Grand camarade du parti!!
Il faut remettre les enfants a l'ecole sous l'arbre, je le repete depuis, tu verras les resultats! Ils seront 'premier' a la Sorbonne!
Sefyu81
Germany
  4
14-Jan-2013 18:58 EST
Je ne sais franchement pas ce qu'il y a a causer avec ce genre d individus, il parle de soutient !!!qu'on le laisse marcher 5 minutes dans yaoundé il verra ces soutients dont il parle, ne tenant qu'a moi la peine Capitale doit etre requise pour lui et toute la bande pour lakelle il bosse e aujourd hui se prend pour le sauveur. vous n etes pas credible Mr le prisonnier et honte a vous.regler vos problemes avec votre boss et fichez nous la paix.kan tu te goinfrais ca t etais jamais passé par la tete de parler ??? t as moderniser les elections ??? c est ca qui paye le courant ?l eau le loyer des gens ??? t as moderniser les elections pour mieux les truquer ??? ferme la et laisse le monde tranquil .
Efouba Akam Sidonie
Meu Beleu Ngal
12   4
14-Jan-2013 18:03 EST
Il faut avouer que Marafa est important rien qu'à voir le nombre de réaction à cette article sur CIN.

A vrai dire cet homme se sent prêt a diriger le Cameroun.

Peut -on lui donner une chance? OUI OU NON
Pentagon
Usa
  7
14-Jan-2013 17:19 EST
courage FUTUR PRESIDENT de la republique du cameroun Mr. Marafa Yaya dites-nous tout sur le regime criminel de biya le peuple camerounais vous ecoutes et vous soutien bravoooo!
Abakuk
Montréal
  7
14-Jan-2013 16:51 EST
La partie que j'aime le plus c'est lorsqu'on lui demande ce qu'il propose pour reconstruire le Cameroun. Et là Oups ! Marafa est incapable d'articuler la moindre idée. Il veut le pouvoir c'est tout. Et lorsqu'il parle d'avoir amélioré le système électoral au Cameroun, franchement de qui Marafa se moque-t-il ? Le chargé de la fraude électorale dans le système Biya pendant dix ans serait devenu tout à coup un démocrate. Qu'il purge sa peine dignement et nous laisse tranquille !
Betibenanga
Ngulmekong
10   3
14-Jan-2013 15:19 EST
Vous ne m'avez toujours pas démontré la corrélation directe qu'il y aurait entre locaux et qualité de l'enseignement.
Vous savez vous êtes nombreux à véhiculer de votre pays que les images "honteuses".Avez-vous pensé à montrer aussi les images avantageuses? Que non, votre démarche est donc partisane par conséquent et ne vous attendez pas à ce que cet antipatriotisme doive être accepté par tous et en particulier par moi Betibenanga.
Vous voulez faire croire au monde entier que toutes les écoles du Cameroun ressemblent à celle-là?
Dja Et Lobo
Lac Leman Chez Biya.
  7
14-Jan-2013 15:02 EST
@Mbe Mot,

Haaaa mouffffffffffff %%% %%% ,j'aimerais savoir qui se cache derriere ce pseudo..En tout cas la chute du roi faineant viendra toujours de l'interieure..
Wangrin122
Bonn
  7
14-Jan-2013 15:00 EST
@betibenanga
il n ont pas etudie dans des trous a rats comme ceux ki sont sur les photos ci dessous.
Avec l argent biya vas depasser a l intercontinental on peux ameliorer les conditions d etude de ces eleves
Betibenanga
Ngulmekong
  2
14-Jan-2013 14:25 EST
démontrez
Betibenanga
Ngulmekong
10   4
14-Jan-2013 14:24 EST
@
Dr. T. Gilbert
Ongola

Si vous me démontrer que la qualité de l'enseignement dépend des locaux dans lesquels cet enseignement est dispensé alors vous aurez mon assentiment.

Les premiers intellectuels camerounais de l'ère dite moderne ont étudié dans quelles conditions?
Dr. T. Gilbert
Ongola
  9
14-Jan-2013 14:01 EST
@Betibenanga
Ngulmekong

"Ce ne sont pas les locaux qui font l'école c'est la qualité de l'enseignement reçu".

Et quelle qualité d'enseignement peut sortir d'un tel environnement? Mon dieu! Toujours chercher à justifier l'injustifiable! Peut être un succès sur 200 et le pas de la généralisation est vite fait?! Que nenni!
Betibenanga
Ngulmekong
  7
14-Jan-2013 13:41 EST
Reconnaissez que ça n'est pas à Ngulmekong que se situe cette école. et que vous vous êtes trompé de lieu.

Certains ont étudié dans des écoles pires que celle-là, en quoi vous, qui écrivez ceci:"Donc tu trouves normal qu un telle assemblage de boue et paille ...", croyez leur être supérieur. Ce ne sont pas les locaux qui font l'école c'est la qualité de l'enseignement reçu.
Wangrin122
Bonn
11   6
14-Jan-2013 13:27 EST
@Betibenanga
Il faut connaitre la honte.
Cet ecole est au cameroun oui ou non ?
Donc tu trouves normal qu un telle assemblage de boue et paille puisse servir d ecole a certains enfants pendant qu on brule des millions pour passer des conges a la baulle ?
La honte ne vous tue pas ? on vous connait
EvinaZe
USA
14   7
14-Jan-2013 13:08 EST
"Je sais que je suis innocent"

Soit tu prends les camerounais pour des ordures, soit que tu vis dans un long reve..on ne te comprend pas. De toutes les facons, tu as ete juge et condamne. Reste tranquille et tu vas sortir un jour.
Conceptman
Usa
  0
14-Jan-2013 12:47 EST
Lire

Eu egard a ton passe creatural...
Conceptman
Usa
12   6
14-Jan-2013 12:29 EST
Aaaah Marafa, parle... parle... parle... mais rien ne peut nous faire oublier ton role au coeur de ce "conspiratum" contre le peuple du Cameroun!

Ce que tu nous dis "eclaire" nos esprits, mais le tout sera plus "clair" lorsque tu nous serviras la confession de tes propres "actes" contre-nous...
C'est donc ce jour ou nous saurons si nous devons te pardonner ou t'offrir une 2eme chance pour avoir eu le courage de l'humilite et de la verite qui conduisent au veritable pardon!

Mais pour l'instant, chante, incante, jappe, rappe, rale, "psalmodie" ou "souratise"... chaque camerounais sait que notre reve collectif a ete "abime" par vous tous!


Et meme si la justice du Cameroun a ete injuste avec toi (nous le savons), elle est juste pour les opprimes victimes de votre trahison envers le proletariat camerounais qui se console de voir un "intouchable" d'hier "touche" dans sa "chair", son "ego", et "socio-politiquement" mourant! C'est cynique, mais c'est la vie!

Machiavel le sait, et tes ennemis (en sursis) le savaient en te jettant dans la fosse aux lions!

Sois donc humble, cher frere, car jusqu'ici, les camerounais ont une certaine sympathie pour toi au nom du courage dont tu fais preuve dans cette epreuve...

C'est donc a toi de nous demontrer que tu merites le soutien, et que tu vaux la peine d'une adhesion a contre-coeur, eu egard a ton passe de creatural et a ton expertise au coeur d'un systeme a tue nos reves!

CONFESSE-TOI AUX CAMEROUNAIS... TU SERAS LIBRE DANS TA CONSCIENCE, ET DIEU FERA QU'ILS TE PORTENT EN CHOEUR DANS LEURS COEURS!
Bob Gomy
Doul
  9
14-Jan-2013 12:00 EST
Ha ha ha ha ha ha ha @Atangal, frangin, je t'avais pourtant dit de ne pas placer des espoirs en Marafa.

La Cameroun à travers Paul BIYA lui a tout donné, mais, lui en retour, n'a rien donné au Cameroun, au contraire, il a pillé, pillé et pillé le pays. Il suffit de voir ce qu'il construit à Garoua comme demeure. Si j'étais BIYA, je l'aurai même déjà abattu.
Atangal
Kiravi
12   5
14-Jan-2013 10:05 EST
Marafa est un petit naïf qui croit encore à la mansuétude de BIYA? Ce n'est pas en épargnant le despote, son fils, sa femme, son chien...qu'il va recouvrer la liberté! Au contraire, plus il suppliera en filigrane, plus il perdra en crédibilité, et plus il moisira en taule...
Il devrait pourtant savoir que dans leur mafia, c'est une question de muscles: si tu es faible, on te piétine à mort... Il peut déjà demander conseils à son collègue Titus!
MINALMI
SAA
  11
14-Jan-2013 09:47 EST
Depuis ke nos GROINS prennent pour exemple Tunisie,Egypte,Lybie,Syrie FOUMBAN...qu'attendent-ils pour les copier?
Le bruit du clavier remplace celui du fusil?
le camer c le camer
Betibenanga
Ngulmekong
11   9
14-Jan-2013 09:40 EST
Wangrin le tintin menteur

Comment peut-on se tromper à ce point sur un lien que l'on propose aux autres?
Où avez-vous lu ngulmekong ? Mensonge volontaire d'un faussaire congénital.
Biyanokilme
SED
18   5
14-Jan-2013 09:27 EST
MBE MOT ki encore ou c'est fame dongo qui se cache derriere ce pseudo vraiment le R defends l'indefendable
MARAFAT oyéééééééééééééééééééééééééééééé
HAMIDOU oyééééééééééééééééééééééééééééééééé
YAYA oyéééééééééééééééééééééééééééééééééééé
Indigene Le Vrai
Washington Dc
  1
14-Jan-2013 09:09 EST
@ Verokoua 100% i strongly agree with you
Indigene Le Vrai
Washington Dc
10   4
14-Jan-2013 09:04 EST
Je ne peux pas en vouloir aux magistrats. Les juges étaient sous la pression du régime, ils ont cédé. ..les magistrats qui ont condamne paul eric kingue en instance n'etaient-ils pas aussi sous ta pression? il faut donc supporter...tu as oublier de demander: suis-je fier d'avoir lors des elections presidentielles de 2004 declare sur les antennes de notre machin de crtv que le gnom ngui etait vainqueur avec 92% des voir alors que le scrutin n'etait meme pas encore termine et que notre machin d'onel navait meme pas encore decompte les voix?
Les populations et les opérateurs économiques l’attendent depuis plus 20 ans( le pnt sur le wouri) je suis d'accord avec toi mais seulement tu oublier de mentionner que tu as ete un membre au poste strategique de ce gouvernement pendant 17...qu'as tu don fais durans ces 17 annees et en tant que proche colaborateur de paupol afin que ce pont puisse voir le jour?
C'est un homme mystérieux( le ngom ngui) je suis parfaitement d'accord avec toi le diable a toujours ete et restera toujours mysterieux je suis certain que toi meme tu ne pensais pas finir en prison un jour....tu devrais pourtant savoir qu'il est impossible de faire des pactes positifs avec le diable...
Je fais le choix de la sagesse...donc tu es deja un sage? un peu comme Nelson Mandela? pardon ne me fait pas rire
monsieur ex ministre d'etat ne vous faites surtout pas d'illusions biya et toute sa bande, vous y compris avez detruit ce pays...et vous allez tous y repondre..que ce soit pendant le reigne du roi faineant ou apres sa chute...vous aurez a nous expliquer comment les fils de ce pays que vous soyez....comment avez-vous pu detruire et ruiner ce pays a ce niveau la.....peace and love









/
Vouvouzela
Douala
17   2
14-Jan-2013 08:34 EST
@ Marafa " Une nation peut survivre à ses fous, et même à ses ambitieux. Mais elle ne peut survivre à la trahison venant de l’intérieur." cette pensée de Ciceron que tu cites résume avec une exactitude diabolique votre danse maccabre avec paul biya qui ne contribue en rien à améliorer le quotidien des camerounais. si tu aimais ce pays comme tu le pretends tu aurais du organiser des elections libres et transparentes pendant tous tes années au minat, au fait te souviens tu d'un certain paul eric KINGUE? vraiment ferme ta bouche et retiens qu' un bourreau terrassé a toujours du mal à enfiler les habits d'une victime
Wangrin122
Bonn
28   6
14-Jan-2013 06:47 EST
@ Mbe Mot
j ajouterai meme le Zaire de Mobutu
Ces pays ont de commun des dictateurs trentenaire de la trempe de Biya. A voir la maniere donc Biya dirrige le cameroun il nous prepare tout droit dans la destabilisation.
S il arrive que Biya meurt qui vas le succeder ?
Le president du Senat qui nexiste nulle part !
Excuse moi de la question je veneais de me rendre compte qu il nous a donne rendenz dans 20 ans en 2004 soit 11 encore.
En ce qui me concerne on devrait s atteler a preparer un cameroun sans Biya. Ce monsieur est depasse deborde. Comment expliquer que tous ces haut collaborateur se retrouve en Prison. Qui travaille avec autant de voleur s il n est voleur lui meme. Apres 30 ans de regne l eau potable fais defaut a Yaounde ?
Tu as vu l ecole de Ngoulmekong ?( www.facebook.com/photo.php?fbid=10150943549768398&set=pb.662238397.-2207520000.1358163934&type=3&theater) Pendant ce temps Junior et Brenda vont au college Leman a des dizaines des millions.
Tu supportes koi Sur Biya si jamais tu nefais pas partir des voleurs de la republique ?
Tolo
Twis Dans Le Hum
  0
14-Jan-2013 06:38 EST
@ un_kamer,

Très bonne analyse.
Mbe Mot
Ebolowa
15   17
14-Jan-2013 06:27 EST
L'Egypte, la Tunisie, vous venez d'ajouter la Lybie, apres ce sera la Syrie et je ne sais quoi? vous cherchez la consolation aux échecs de déstabilisation? c'est une question des peuples. Parlons du Cameroun qui est le Cameroun, les aspirations du peuple camerounais sont loin d’être celles des peuples que vous présentez inutilement comme vos références, ce sont des références a vous personnellement, vous pouvez donc vous en rejouir comme ce jeunot qui identifie a un acteur des bandes dessinées, c'est aussi votre droit.
Kamerlokoptimist
Mboa
12   1
14-Jan-2013 06:15 EST
Pardon le pere laisse comme ça!!!

Raconte nous plutot une bonne!!

Lache une infos le pere ki avait volé koi???
C'est comme cela q tu nous interesse laisse les petits porotik la

Nous on veut la derniere
Un_camer
Ngola
34   1
14-Jan-2013 06:13 EST
Ah Mr Marafa "le sage pardonne mais n oublie pas" Eh bien Vous nous avez privé de la liberte de bien votez en 2002. Cette année vous et votre ami bi mvondo voyant la defaite cuisante prete car les fraudes donc vous exellez n etant pas bien preparer, vous avez à la veille du vote reporter le scrutin pour meiux organiser la fraude. Vous meme vous le reconnaissez ( c est deja cela) Il fallait en dire d avantage mais helas.
Le peuple a pardonne mais n a pas oublié. La politique des grandes illusions c est exactement ce que votre ami biya et vous avez abreuve le peuple depuis 1982 si bien qu en 2011 Biya demande aux jeunes d OSER ( un rappel le mouvement J OSE du 06 Avril 1984 a été masacré à Mbalmayo) donc lui meme reconnait deja que les "mutins" n avaient pas tord.
Le seul merite que vous avez c est que vous parlez et dites des choses nous vous en remercions et attendons encore d autres revelations.

Salut.
NB en passant vous dites qu une deportation a Yoko = peine capitale. En temps que Ministre des prisons pendant 10 ans vous savez exactement de quoi vous parlez, le peuple a encore pris acte de cette autre verité.
Mbe Mot
Ebolowa
  8
14-Jan-2013 06:07 EST
@Nyambarindon
Nkol-ewoe

+1
Wangrin122
Bonn
10   9
14-Jan-2013 06:01 EST
@Mbe Mot
Kadaffi avait dit que la Lybie n est ni l Egypte ni la tunisie
ou en sommes nous ?
Nyambarindon
Nkol-ewoe
24   5
14-Jan-2013 05:50 EST
Aux lettres ouvertes succèdent désormais "ruptures de silence"A défaut de rupture de jeune..
Au moins comme ça tout le monde saura que à quel point la notion de "liberté d'expression" est sacrée au pays de Um Nyobe.
Meme un condamné à 1/4 siècle de prison, pour détournement de fonds publics, reste libre de s'adresser au public!
Comme quoi au pays de Doualla Manga Bell,on ne copie pas bêtement les exemples venant de chez les "sabitout",comme celui de GUANTANAMO.
Mbe Mot
Ebolowa
13   17
14-Jan-2013 05:49 EST
@Wangrin122
Bonn

".. et que dites vous des 78% de camerounais qui ont porte leur choix sur le Président Biya en Octobre 2011?
je vais vous repondre par une question
Que dites vous des 80 % qui ont porte Moubarak et Ben Ali president et les ont demi quelque moi apres ?"

Ce que je dis c'est qu'entre les deux propositions, une difference fondamentale se degage nettement, et vous faites bien de le relever afin que nul n'en ignore, c'est que les 78% de camerounais n'ont jamais renie leur choix qu'ils assument avec beaucoup de bonheur et de citoyennete, raison pour laquelle aucun des mots d'ordre irresponsables ne passe ; je pense a l'appel a la revolte d'un certain 23 fevrier, aux differents appels de boycot des manifestations republicaines, a des tentatives de destabilisation par des tracts en cas de condamnation de marafa (il a bel et bien ecope de 25ans de prison ferme sans que vous leviez le petit doigt) et toute la gesticulation entretenue tant a l’intérieur qu'a l’extérieur du pays...ÉCHEC sur toute la ligne.
Le Cameroun n'est ni l'Egypte, ni la Tunisie.
Vous dites que Moubarack et Ben Ali ont été demis quelque moi après leur vote a 80%, le Président Biya a été élu il y'a combien de mois?
Ruminez tranquillement votre haine, le peuple assume ses choix.
Mbe Mot
Ebolowa
10   16
14-Jan-2013 05:29 EST
@Muntudu
Bonamoussadi

T'es tu senti influence par mon post? en quoi voudrai-je orienter les interventions des autres cinautes? suis je celui la qui vous apprend la culpabilité de marafa dans cette histoire de vol?
Qui est meme manipulateur? n’êtes pas vous? vous qui cherchez par de maladroits stratagèmes a démontrer le contraire de la réalité qui veut que marafa soit en prison aujourd'hui suite a une condamnation des juges, au nom du peuple camerounais, pour vol.

Si tu veux insulter les responsables du RDPC, fais le tranquillement, t'as pas besoin de mon concours, on n'a pas besoin d’être du RDPC pour défendre la République et ses institutions dont le Président fait parti.
Dr. T. Gilbert
Ongola
41   0
14-Jan-2013 05:25 EST
Le seul mérite ou bien fondé que moi je trouve dans ce cirque entre alliés d'hier et de demain encore, c'est que ces zombies après passage entre quatre murs seront un tout petit peu humanisés.
Leur regard sur le pauvre peuple va changer.
Wangrin122
Bonn
18   7
14-Jan-2013 05:23 EST
@Kero
Et oui en politique il y a pas d ami encore moins d enemi
S il faut faire avec Marafa pour chasser Biya tant mieux
Wangrin122
Bonn
29   10
14-Jan-2013 05:21 EST
@Mbe Mot et que dites vous des 78% de camerounais qui ont porte leur choix sur le Président Biya en Octobre 2011?
je vais vous repondre par une question
Que dites vous des 80 % qui ont porte Moubarak et Ben Ali president et les ont demi quelque moi apres ?
Kero
Tseuh Fap
21   7
14-Jan-2013 05:17 EST
En filigrane, la substance des informations qui ressortent de cet intervieuw sont trés interressants dans le fond et revelle la profondeur de l,analyse situationnelle (politique, économique et industriel) de notre pays qu'il a eu.


abreuvez-vous alliés du vieux lion car MHY vous montre les premiers éléments de base sur lesquel vous devriez vous appessantir avant de penser a l'industrialisation cameroon.

Au lieu de nourrir une haine viscérale contre MHY plagiez meme seulement ce qu'il dit et OOPS! Biya et sa clic pourront essayer de corriger le tir
Mbe Mot
Ebolowa
10   18
14-Jan-2013 05:10 EST
@FIFION RIBANA
Bangos

Marafa dit:

"..Je sais que je suis innocent, mais le tribunal le sait aussi et l’a reconnu..."

"..Je ne peux pas en vouloir aux magistrats. Les juges étaient sous la pression du régime, ils ont cédé."

Dis moi, que penses tu de ces deux réponses de marafa?
Pour quoi les prends tu? pour parole d’évangile?

Par ailleurs quel est ce régime dont il parle et qui ferait pression aux juges?

Tu dis:
"... ce monsieur est déterminé à en découdre avec ses anciens alliés, ce dont toute la population camerounaise dans sa plus grande majorité en rêve..."

Il attendait etre en prison pour vol pour se determiner a en decoudre avec ses anciens allies?
Vous parlez du rêve de quelle "grande majorité de la population camerounaise"? ce rêve le peuple camerounais le vit depuis quand? est-ce depuis l'arrestation de marafa? et que dites vous des 78% de camerounais qui ont porte leur choix sur le Président Biya en Octobre 2011?

Les réponses à ces quelques me permettraient probablement de sortir de ma subjectivité et de ramer dans le bon sens dont tu sembles être le dépositaire.
Mbe Mot
Ebolowa
12   31
14-Jan-2013 05:02 EST
Marafa dit:

"..Je sais que je suis innocent, mais le tribunal le sait aussi et l’a reconnu..."

"..Je ne peux pas en vouloir aux magistrats. Les juges étaient sous la pression du régime, ils ont cédé."

Dis moi, que penses tu de ces deux réponses de marafa?
Pour quoi les prends tu? pour parole d’évangile?

Par ailleurs quel est ce régime dont il parle et qui ferait pression aux juges?

Tu dis:
"... ce monsieur est déterminé à en découdre avec ses anciens alliés, ce dont toute la population camerounaise dans sa plus grande majorité en rêve..."

Il attendait etre en prison pour vol pour se determiner a en decoudre avec ses anciens allies?
Vous parlez du rêve de quelle "grande majorité de la population camerounaise"? ce rêve le peuple camerounais le vit depuis quand? est-ce depuis l'arrestation de marafa? et que dites vous des 78% de camerounais qui ont porte leur choix sur le Président Biya en Octobre 2011?

Les réponses à ces quelques me permettraient probablement de sortir de ma subjectivité et de ramer dans le bon sens dont tu sembles être le dépositaire.
Muntudu
Bonamoussadi
40   10
14-Jan-2013 04:44 EST
@Tous

Ne voyez vous donc pas que l'escroc Mbe Mot essaie de mettre en œuvre ici une grossière manipulation d'orientation des avis sur cette sortie de MHY ?? stratégie dictée par d'obscures communicateurs du RDPC, à la tête desquels se trouve la créature/esclave en chef, le fame ndongo.

Remarquez que ces zombis de la cellule de communication RDPC sur internet sont à l'affut du moindre sujet sur ce site qui expose la nullité du régime, pour réagir en premier, en espérant orienter les opinions des autres intervenants.
Gadjere
Sanaga
32   2
14-Jan-2013 04:40 EST
Bel interview de Mr. Assane Diop! Mon seul regret est qu' il n'a pas évoqué le cas Paul Eric Kinguè avec Marafa.
MINALMI
SAA
  15
14-Jan-2013 04:38 EST
pourkoi tous ces pleurs?
Kamrey
Aposkla
25   3
14-Jan-2013 04:19 EST
Biya et ses grandes illusions ------------------ 2013sansBiya
AfriCameroun
Afrique
27   5
14-Jan-2013 04:18 EST
Mbe Mot
je ne sais pas si nous avons lu le même article. En quoi plaide t'il coupable?
Pour nous tous,
IL faut éviter le metier facile qui consiste à jeter les pières sur les autres. Si on demandait au innocents de jeter la première pière je ne sais pas qui le ferai en premier.
FIFION RIBANA
Bangos
42   10
14-Jan-2013 04:17 EST
@Mbe Mot,
« (du moins si vous avez lu comme moi).»

Evidement qu'on ne peut avoir lu comme toi. D'où est ce que tu es allé t'imaginer qu'on verrait les choses de façon subjective et démunies de tout bon sens comme toi?

Nous ne nions pas sa contribution à la construction de la broyeuse gouvernementale, mais il est clair que ce monsieur est déterminé à en découdre avec ses anciens alliés, ce dont toute la population camerounaise dans sa plus grande majorité en rêve.

Au plus tard à l’issu de cet entretien, une leçon importante reste à être tirée. Il ressort clairement que Marafa avait ou caresse encore un projet politique, signe qu'il aspire à un destin national. Mais vu sa participation effective à l’asservissement de la population, il ne peut auprès de celle-ci que bénéficier des circonstances atténuantes, à condition qu’il mène cette lutte à bout.

La citation du jour: « C’est une politique de grandes illusions, pas de grandes réalisations»
Mbe Mot
Ebolowa
  40
14-Jan-2013 04:11 EST
Chers cinautes, marafa mérite des circonstances atténuantes dans vos réactions, quand vous lisez bien ses réponses, vous comprenez qu'il s'agit d'une reconnaissance claire et net de sa culpabilité dans cette affaire de vol.
En voila donc qui plaide coupable et c'est pour cela qu'il évite soigneusement de tenter quelque éclaboussure a l'endroit du Président Biya (du moins si vous avez lu comme moi).
L'infortuné développe des instincts de survie, on ne peut tout de meme pas le lui refuser, sinon les avocats défenseurs serviraient a quoi?
Le pickpocket pris la main dans le sac, plaidera toujours non coupable, une fois condamné, demandez lui ce qu'il reproche aux juges, il vous répondra qu'il ne reproche rien aux juges, mais ses griefs seront portés sur ce qu'ils appellent "le système"; ainsi vous aurez tout compris des réponses de marafa dans cette interview et qui à la limite fait sincèrement pitié.
Mbe Mot
Ebolowa
14   48
14-Jan-2013 03:55 EST
Chers cinautes, marafa mérite des circonstances atténuantes dans vos réactions, quand vous lisez bien ses réponses, vous comprenez qu'il s'agit d'une reconnaissance claire et net de sa culpabilité dans cette affaire de vol.
En voila donc qui plaide coupable et c'est pour cela qu'il évite soigneusement de tenter quelque éclaboussure a l'endroit du Président Biya (du moins si vous avez lu comme moi).
L'infortuné développe des instincts de survie, on ne peut tout de meme pas le lui refuser, sinon les avocats défenseurs serviraient a quoi?
Le pickpocket pris la main dans le sac, plaidera toujours non coupable, une fois condamné, demandez lui ce qu'il reproche aux juges, il vous répondra qu'il ne reproche rien aux juges, mais ses griefs seront portés sur ce qu'ils appellent "le système"; ainsi vous aurez tout compris des réponses de marafa dans cette interview et qui à la limite fait sincèrement pitié.
Wangrin122
Bonn
58   3
14-Jan-2013 03:34 EST
Depuis l arrestation de Marafa l epervier n a plus fait de prise ce qui laisse suppose qu il y a plus de detourneur de fond public au cameroun. Ce qui peu bien se releve comme une blague de mauvais gout puisque Mendoze et Akame Mfoumou sont toujours libre.
Je commence a croire cet operation a servi a eliminer les adversaires de quelqu un
Wangrin122
Bonn
61   5
14-Jan-2013 03:31 EST
MArafa toi au moins tu rend quand on te tappe tu n es pas certaines creatures qui continue a pleurer au lieu de precipiter la chute du vieux lion.
Je suis loin de t aimer mais mon respect tu l a acquis.
VEROKOUA
Palais Etoudi
21   28
14-Jan-2013 03:09 EST
tu veux qu'on te considère comme un chasseur de lion?
nous n'avons pas pitié aux gens qui ont contribués à la chute libre sans vitesse initiale du Cameroun avec Biya.

si tu nous avait aimé tu dénoncerais ton ami biya lorsque tu travaillait.

non aux manipulateur du peuple!
Cameroun: Marafa rompt le silence - «Même si les coups sont rudes je continuerai à publier mes lettres»
Le Messager
DOUALA - 14 JAN. 2013
© Le Messager
 71 Réactions
"Soyons sérieux un moment. Qui peut croire à la construction d'une nouvelle raffinerie à Kribi, ou à la construction d'une voiture « made in Cameroun » en 2013? C’est une politique de grandes illusions, pas de grandes réalisations. Ces projets sans aucune pertinence économique ne trouveront pas d'investisseurs..."
Cameroun: Marafa rompt le silence


Marafa H. Yaya
Photo: © MHY




Revoici Marafa Hamidou Yaya

On a longtemps attendu la 5ème lettre de Marafa Hamidou Yaya, ancien Secrétaire général de la présidence de la République puis ancien ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la décentralisation, aujourd’hui pensionnaire de la prison secondaire de Yaoundé, logée au camp Yeyap du Secrétaire d’Etat à la Défense (gendarmerie). Le voici plutôt dans une longue interview accordée à Assane Diop, ancien journaliste de Rfi aujourd’hui collaborateur de Slate Afrique.

Interpelé le 16 avril 2012 par le juge d’instruction Pascal Magnaguemabe et mis sous mandat de dépôt à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, Marafa Hamidou Yaya a été condamné le 22 septembre 2012 à 25 ans de prison pour complicité de détournement de fonds avec le golden boy Yves-Michel Fotso, ancien administrateur-directeur général de la Camair, son « ami » de longue date et d’autres.Il faut relever que Marafa Hamidou Yaya est le tout premier « client de « l’Opération épervier » à être jugé en moins de six mois pendant que d’autres moisissent en taule pendant trois, quatre, cinq ans avant de voir commencer leur procès. Un véritable privilège pour ce notable de Garoua qui, durant ses longues années de service dans la sphère décisionnelle aura été, comme il l’avoue d’ailleurs à Assane Diop, l’un des artisans du système qui le broie aujourd’hui. Il s’est surtout illustré depuis sa mise en détention par une activité épistolaire qui, selon les observateurs, a mis le régime Biya à mal en révélant certains dossiers sensibles dont celui du crash de l’avion de la Camair en décembre 1995 dont les victimes ne sont toujours pas indemnisées. Contrairement aux affirmations du gouvernement. C’est sans doute pour le réduire au silence qu’il a été extrait de la prison centrale de Kondengui pour la prison secondaire du camp Yeyap d’où il a trouvé encore le moyen de lancer un autre pavé dans la mare avec cet entretien accordé à Assane Diop. Il mainitent qu’il continuera la publication de ses lettres. « Les suivantes sont prêtes. Elles ne viseront pas à détruire, mais à construire. Chacun des thèmes qu’elles abordent vise à servir le débat politique », avertit-il. Lisez plutôt.

Dobell



Marafa Hamidou Yaya: «Même si les coups sont rudes je continuerai à publier mes lettres»


Le verdict remonte au samedi 22 septembre dernier. Vous avez été condamné à 25 ans de prison pour un délit que vous avez toujours nié avoir commis. Dans quel état d'esprit êtes-vous?

D’abord, je me sens serein et la conscience tranquille. Je sais que je suis innocent, mais le tribunal le sait aussi et l’a reconnu. Lisez le verdict, vous n'y trouverez aucune trace de détournement de fonds ou de recel. Aucune tâche sur mon honneur et ma probité. Ensuite, et surtout, je reste déterminé à mener le combat. Pas un combat personnel entre deux individus qui seraient l'actuel chef de l'Etat et moi. Non, la lutte, décisive, est pour que la justice reste ou redevienne garante de notre liberté à tous et ne soit plus mise à la botte du régime actuel. Il en va de l'avenir de notre pays. Je reçois de mes compatriotes, un soutien qui se renforce depuis ma condamnation. L’espoir qu’ils placent en moi me donne la force et soustrait du temps immobile de la prison. Je suis tourné vers les changements qui doivent et qui vont advenir.


Mais si personne, pas même le tribunal, ne vous croit coupable, pour quoi avez-vous été condamné?

Tout ce qu’il a trouvé pour me condamner est un fait de complicité "intellectuelle". Pour cela, il s’est fondé uniquement sur ma relation amicale avec un des coaccusés au moment des faits. J’assume cette amitié transformée en charge, mais elle ne rend coupable d’aucun crime ni délit.


On vous soupçonne de vous être enrichi illégalement au pouvoir. Etes-vous un homme riche?

Par rapport à la moyenne de nos compatriotes, oui. Je suis un homme riche puisque mes revenus sont supérieurs à mes dépenses. Je ne mène aucune vie ostentatoire. Une attitude qui s’impose à toute ma famille. Nos dépenses sont conformes à nos besoins. Je déplore que ce ne soit malheureusement pas le cas de beaucoup de Camerounais. Par rapport à mes camarades qui ont choisi le privé, comparaison que j’ai eu évidemment souvent l’occasion de faire, clairement non. Et c’est bien ainsi. Mon patrimoine est connu. Je l’ai acquis, et il est aisé de le vérifier, en ayant essentiellement recours à des prêts bancaires, que j’ai remboursés grâce à mon traitement de ministre et à mes jetons de présence comme président du conseil d'administration de sociétés publiques.


Revenons sur l'affaire de l'avion présidentiel « l’affaire albatros ». Vous ne vous reconnaissez donc aucune responsabilité dans ce dossier?

Non, aucune. J’ai déjà dit que le tribunal ne m’a trouvé coupable d’aucune malversation. Permettez-moi d’être plus détaillé, et de vous dire quelles ont été ses réponses aux questions essentielles suivantes: ai-je pris l'initiative de commander cet avion? Non. Ai-je pris la décision, ou ai-je été informé préalablement de la décision, de virer 31 millions de dollars à la société retenue au lieu d'émettre une lettre de crédit comme c'était prévu ? Non. Ai-je pris l'initiative ou ai-je décidé de commander un autre avion que celui initialement prévu? Non. Ai-je participé de près ou de loin à l'accord par lequel l'État du Cameroun et le vendeur se sont entendus pour solder cette affaire, et par lequel les deux parties renonçaient à toutes poursuites ultérieures? Non. Enfin, y a-t-il trace d'une somme d'argent que j'aurais reçue dans le cadre de ce dossier? Non. Vous voulez mesurer à quel point les accusations portées contre moi sont grotesques ? Un mois à peine après ma condamnation, mon successeur au Secrétariat général à la Présidence de la République, a été condamné, et pourquoi? Pour avoir tenté de détourner ces mêmes 31 millions de dollars qui sont censés déjà avoir été dérobés!


En voulez-vous aux juges ou aux puissants qui vous ont condamné?

Je ne peux pas en vouloir aux magistrats. Les juges étaient sous la pression du régime, ils ont cédé. Comment exiger d’eux un courage dont nous-mêmes, nous ne faisons pas toujours preuve ? Quant aux autres, ni pardon, ni blâme. Chacun est libre de se déshonorer mais doit en porter la responsabilité. Un proverbe dit : « Le sot ne pardonne rien et n'oublie rien, le naïf oublie et pardonne, le sage pardonne, mais n'oublie pas.» Je fais le choix de la sagesse.


Vous dites « sage », c’est- à-dire dépassionné, mais à la sortie du tribunal vous vous êtes déclaré :" déçu, mais pas vaincu". N’était-ce pas du ressentiment?

Nullement ! Je me souviens de ce spectacle pathétique donné par le principal témoin de l'accusation, un ancien ministre des Finances, transpirant de peur, car il avait pour instruction de m’accabler et que, malgré ses efforts pour tordre la vérité, il ne pouvait que me disculper des principales charges contre moi. D’ailleurs, cette condamnation n'est pas une défaite pour moi, mais l’échec d’une volonté du pouvoir de me mettre à mort politiquement. Ils en sont réduits à des expédients pour assurer leur fragile survie politique. La peur est de leur côté. Pas du mien. Je n’exagère pas en disant que moralement, émotionnellement et intellectuellement, je suis en pleine forme. Ne donnez aucun crédit aux ragots qui me disent déprimé et suicidaire.


Craignez-vous pour votre vie?

Je ne suis pas craintif de nature, mes lettres ouvertes l'ont démontré. Cependant, je sais que ma vie est menacée. Depuis 5 ans certains ont programmé mon élimination physique immédiate en cas de vacance du pouvoir. D'autres demandent ma déportation à la prison de Yoko, ce qui vaut aussi condamnation à mort, mais à petit feu.


Depuis 5 ans, dites-vous. À quoi correspond cette date ? Qui sont ces gens qui vous en veulent à ce point?

La date correspond au lendemain des élections législatives de 2007. À ce moment, certains hommes politiques ont commencé à se projeter, légitimement, dans l'après-Biya. D’autres, tapis dans l'ombre, les ont vus comme des adversaires dangereux. Je les inquiétais particulièrement. Il fallait se débarrasser de moi. « Vous voulez savoir ce que vos ennemis ont à se reprocher ? Voyez de quoi ils vous accusent pour vous salir, » dit le proverbe. Dans un premier temps, ces campagnes n'ont affecté en rien la confiance que me témoignait le chef de l'Etat. Mes accusateurs de l’ombre ont inventé alors, une variété de scenarios absurdes: j'avais levé une force armée prête à fondre sur la capitale, ou par ambition personnelle j'avais décidé de me présenter contre le Président en 2011, ou j'étais le pion des États-Unis et de la France qui avaient décidé de l'écarter du pouvoir. Tout cela veut dire trois choses: d’abord, évidemment, mon procès est politique. Ensuite, il a commencé dès 2008, au lendemain de la modification de la Constitution ouvrant la voie à une nouvelle candidature du président Biya, car il a fallu préparer l'opinion publique à ma condamnation. Enfin, c’est le jour de mon arrestation, le 16 avril 2012, que le verdict a véritablement été rendu. Ce qui a suivi n’était que pour la forme.


Si vous pressentiez tout cela, pourquoi ne pas avoir démissionné, voire quitté le pays, avant votre arrestation?

Certains responsables, à des niveaux insoupçonnés, m'avaient proposé de me faire quitter le pays. D’ailleurs, je m'interroge encore sur la sincérité de leur démarche. Mais j'ai fait le choix de rester car je voulais m'expliquer devant la Justice sur cette affaire complexe qui mettait en cause mon honneur.


Quelles étaient vos relations avec Paul Biya?

C'est un homme mystérieux. De mon point de vue, nos relations ont toujours été bonnes : confiantes, franches, mais limitées à la sphère professionnelle. Il m'a confié de très importantes responsabilités et fonctions auxquelles je n'ai objectivement jamais failli.


Comment expliquez-vous son revirement à votre égard?

Je ne cherche pas d'explications. Mon regard se porte vers l'avenir, et, dans cette perspective, je ne pense, pas à lui. Ma seule crainte pour mon pays est que le chef de l'État ne soit pousser à prendre des décisions de plus en plus mauvaises pour le bien commun, et mon affaire en est une illustration. Un jour sûrement ils finiront par se débarrasser de lui.


Vos propos semblent dégager le président Biya de toute responsabilité dans la gestion des affaires du pays, et dans la vôtre en particulier. Ce serait surprenant.

Non, pas du tout, je ne l’exonère pas. Seulement, alors que tout le monde s'accorde pour reconnaître en lui un habile politicien, il pose désormais des actes qui ne lui ressemblent guère, et qui plongent notre pays dans une situation de tension sans précédent depuis 1984. Il ne semble donc pas avoir les mains libres. Ce qui est déjà une faute extrêmement grave, il est vrai.


Le Cameroun vient de fêter le trentième anniversaire de l'accession au pouvoir de Paul Biya. Quel regard portez-vous sur cette période?

Il vous suffit de lire la presse locale et internationale pour constater qu'elle est assez unanime pour parler d'échec. Pour ma part, je parlerai plutôt d'erreurs: à chaque fois, au cours de ces 30 ans, que Paul Biya a eu à choisir entre la modernisation politique et économique de notre pays, avec les risques de perturbations inhérents à cette démarche, et l'immobilisme garant, selon lui, de la paix civile, il a choisi l'immobilisme. C’est ce qui fait que nous avons aujourd'hui un pays au bord de conflits sociaux et politiques sans précédent.


Que représente aujourd'hui Paul Biya pour le Cameroun et pour vous?

Paul Biya a été le symbole d'une transition politique pacifique en 1982. Aujourd'hui, on attend qu'il en soit le garant.


Que voulez-vous dire? Souhaitez-vous qu'il se démette de ses fonctions comme le président Ahidjo?

Libre à lui de le faire. Mais là n'est pas mon propos. Le monde a changé depuis 1982, il n'appartient pas au président de la République de désigner son successeur. En 1982, peu de gens connaissaient l’actuel président, mais les Camerounais étaient si heureux et fiers de cette transition pacifique que tous, moi le premier, lui ont apporté leur soutien. Aujourd'hui, nous attendons avant tout de lui qu'il mette en place les institutions politiques qui assureront une succession pacifique et démocratique lorsqu'il quittera le pouvoir. Or, rien n'est en place, ce qui expose notre pays à de multiples dangers.


Croyez-vous à un risque de guerre civile dans votre pays, où les tensions ethniques sont grandes?

Non, ce risque est faible. Cependant, certains pompiers pyromanes agitent le spectre d'une guerre ethnique, comme au Rwanda, tout en créant dans l’ombre une situation propice à une prise ou un maintien du pouvoir dans les mains d'une même clique. De fait, ils sont les maux dont ils prétendent être le remède. Je sais que notre unité nationale est encore fragile. Depuis la fin de la guerre froide, en Afrique comme ailleurs, on constate des replis identitaires sur des bases non seulement ethniques, mais aussi religieuses, linguistiques et culturelles, générationnelles, et selon le clivage monde rural/monde urbain. Ces lignes de rupture potentielle peuvent en effet menacer le pacte républicain, mais cela ne peut en aucun cas justifier l'immobilisme politique et économique. Au contraire, le meilleur remède contre le risque de guerre civile, c'est l'initiative et l'action.


Pourtant le gouvernement vient de lancer un programme de grandes réalisations. N’est-ce pas une forme d’action?

Soyons sérieux un moment. Qui peut croire à la construction d'une nouvelle raffinerie à Kribi, ou à la construction d'une voiture « made in Cameroun » en 2013? C’est une politique de grandes illusions, pas de grandes réalisations. Ces projets sans aucune pertinence économique ne trouveront pas d'investisseurs, et ils ne servent qu'à masquer une incapacité à mener à bien les vrais projets importants tels que le Pont sur le fleuve Wouri. Les populations et les opérateurs économiques l’attendent depuis plus 20 ans. Que le gouvernement crée déjà les 25 000 emplois jeunes promis par l'actuel chef de l'Etat, qu'il mette fin aux pénuries d'eau et d'électricité, et il gagnera en crédibilité !


Mais, vous avez vous-même exercé de hautes fonctions au gouvernement. Vous sentez-vous une part de responsabilité dans cet échec?

Je vais répondre à votre question par des questions. Suis-je fier d'avoir sauvé l'organisation des élections législatives et municipales de 2002 dont l'impréparation nous menait droit aux émeutes? Suis-je fier d'avoir oeuvré pour une amélioration sensible du processus électoral vers plus de transparence? Suis-je fier d'avoir amorcé, en dépit de toutes les entraves et résistances, le processus de décentralisation indispensable à la modernisation de notre pays? Ai-je avec insistance attiré l'attention du chef de l'Etat sur la nécessité d'engager des réformes institutionnelles et économiques? Mais je ne veux pas revenir sur le passé. Seul importe l'avenir, et pour le construire, mon expérience peut utilement servir mon pays.


Qu’est-ce qui pourrait, selon vous, remettre votre pays sur le chemin de la croissance?

Le projet dont je suis porteur est fondé sur l’idée d'une société de confiance. Confiance en soi que la nation doit retrouver, et confiance des citoyens entre eux. Sans cette confiance, la reconstruction de notre pays sera impossible.


Pourquoi parler de reconstruction? N’est-ce pas excessif?

Non. Il s'agit de cela et de rien de moins que cela. Depuis 25 ans, les investissements, exception faite du secteur des mines et de l'énergie, sont en chute libre. L'accès à l'eau, à l'électricité, aux soins médicaux est de plus en plus difficile. L'environnement naturel a dans certaines régions été saccagé, dans d'autres la pollution augmente dangereusement. Tout cela dans un contexte où la corruption ne cesse de progresser. Mais le préalable à cette reconstruction, j’insiste sur cette dimension qui peut sembler abstraite mais qui ne l‘est pas du tout, c'est que nous retrouvions confiance en nous. Or, aujourd'hui, c'est le règne de la méfiance. On se méfie du voisin qui n’est pas de son ethnie, on se méfie du douanier, du policier, de l’inspecteur des impôts, de l'examinateur, du médecin, de la presse, des résultats des élections, de la justice, de l’Etat. Reconstruire la confiance pour reconstruire le pays, voilà la route que doit prendre le Cameroun.


Ce projet politique, comment comptez-vous le conduire? Comment envisagez-vous la suite?

Nous avons entrepris avec mes avocats de faire appel du jugement. Nous avons la volonté d'épuiser tous les recours de droit. Cependant, je ne me laisserai pas enfermer dans la sphère judiciaire. Elle est secondaire par rapport au combat politique, que je poursuivrai sans relâche.


Continuerez-vous à publier vos lettres?

Pensez-vous que je prendrais une position si forte pour finir par dire, piteusement, à mes adversaires : « Si vous cessez de dire des mensonges sur moi, eh bien, je m'abstiendrai de dire la vérité sur vous. » Je ne crains rien. Même si les coups sont rudes. Je continuerai à publier mes lettres. Les suivantes sont prêtes. Elles ne viseront pas à détruire, mais à reconstruire. Chacun des thèmes qu'elles abordent vise à servir le débat politique.


Comptez-vous sur le soutien de la France et des Etats-Unis, deux pays avec lesquels, dit-on, vous entretenez de bonnes relations? Il semble que François Hollande n'ait pas évoqué votre cas avec Paul Biya lors de leur entretien à l'occasion du sommet de la francophonie à Kinshasa.

Je souhaite ardemment que ces deux grandes nations accroissent le soutien qu'elles apportent à mon pays. Le Cameroun a besoin de développer massivement ses infrastructures, d'accroître ses capacités de production industrielle et agricole, et tout ceci en préservant son environnement. Tout cet effort ne peut être supporté par la seule coopération sino-camerounaise! Les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Japon et bien d'autres pays peuvent développer avec le Cameroun des partenariats profitables. Y compris sur les droits de l'homme, thème largement évoqué lors du sommet de la Francophonie organisé à Kinshasa en octobre 2012. Pour mon cas personnel, je ne demanderai jamais à une puissance étrangère d’intervenir dans une lutte qui ne peut et ne doit être menée que de l’intérieur. Oui à une coopération ouverte bénéfique à notre pays, non à une pression de l’étranger dans des questions et des processus intérieurs.


Demandez-vous aux juges d'enquêter sur les récentes révélations sorties dans la presse camerounaise concernant un éventuel enrichissement frauduleux de Franck Biya grâce à des opérations sur des Obligations du Trésor camerounais?

Je suis consterné par cette histoire. Je dois dire que rien, dans le souvenir que je garde de certains protagonistes de cette affaire, ne me permet de penser qu'ils aient pu commettre cela. Ce que ces révélations m’évoquent, c’est la pensée de Cicéron : « Une nation peut survivre à ses fous, et même à ses ambitieux. Mais elle ne peut survivre à la trahison venant de l’intérieur. " L'enjeu de cette affaire justifie en lui-même une enquête. La vérité sur l’existence ou non d’une trahison de l’intérieur sera très simple à établir, les Camerounais méritent de la connaitre.


Quelles sont vos conditions de vie en prison?

Reposez-moi la question dans 24 ans. Peut-être, alors, me préoccuperai-je de mes conditions de détention au regard des droits de l'homme. Mais d'ici là, je me battrai non pas sur les conditions, mais sur le principe même de ma détention. Se préoccuper de mes conditions de détention, sans se poser la question du fondement même de mon incarcération, ceci au nom de la force de la chose jugée, de la soi-disant « complexité de l'affaire », ou encore du « pas de fumée sans feu », c'est une façon de se donner bonne conscience, et de se laver les mains de cette affaire qui engage, au-delà de moi, l'avenir de mon pays. Le premier des droits de l'homme, c'est le droit à une justice équitable, c'est la liberté pour l'innocent, et non pas le droit à une cellule confortable!

Propos recueillis par Assane Diop (SlateAfrique)

Rédaction de Cameroon-Info.Net
© 2000-2014 Cameroon-Info.Net [ Hits: 16310 Réactions: 71 Transferts: 34 ]
Publicite

 71 Réactions
 E-Mail  Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Featured Stories...



P U B L I C I T E


P U B L I C I T E
Copyright  ©  2000 - 2013  Cameroon-Info.Net. Tous Droits Réservés.